mercredi 18 novembre 2015

Sol Olympe, monnaie locale : les échanges nous relient

Petit billet d'humeur pour la puissance d'agir.


Bonjour,
Je profite de nos 2 dernières réunions pendant lesquelles nous avons parlé de nos difficultés "associatives",
je profite de la publication d'un avis du CESER sur l'économie de proximité,
je profite de la tenue prochaine de la COP 21 à Paris,
je profite de l'actualité brûlante qui rappelle à tous la beauté de la vie, qui rappelle à tous qu'il y a des liens

entre les êtres humains d'ici et là-bas,
entre ce que nous leur faisons et ce qu'ils nous font,
entre la consommation d'énergies fossiles, la paix, la sécurité et le climat,
entre la justice sociale et la cohésion sociale (localement et globalement),
entre les conditions de vie des abeilles et nos conditions de vie,
entre ce qu'il y a dans nos champs, dans nos fabriques, dans nos paniers, dans nos poubelles, dans nos assiettes et dans nos corps,
entre ce que nous choisissons de vivre et ce que nous vivons,
pour partager que

  • si l'émotion est légitime et les rassemblements réconfortants, les belles paroles ne suffisent pas à éviter le chaos social et climatique (que s'est-il passé depuis "Charlie" ??) ;
  • la télé, la peur, la recherche de coupables extérieurs et l'impuissance face à des problèmes trop grands pour nous, détruisent nos cœurs, nos têtes, nos sociétés et la possibilité de vivre sur cette planète ;
  • il y a autre chose que rester scotché devant le robinet des horreurs du monde (soi-disant pour s'informer), autre chose que le repli sur soi ("jusqu'ici tout va bien..."), autre chose que réclamer à d'autres de pouvoir à notre place ("que fait la police, que fait le gouvernement ?!!") et râler parce qu'ils s'occupent d'eux-mêmes ;
  • je crois que nous pouvons changer : il a fallu une cinquantaine d'années pour installer partout cette société de la consommation-consumation de tout, ce pillage organisé des ressources de la planète, cette société des villes, des voitures et des écrans,
    il ne doit pas falloir plus longtemps pour inventer autre chose qui marie nos aspirations présentes et ce que nous avons appris de nos essais manqués ;
  • je crois que tout est relié, donc que mes paroles et mes actions ont un impact sur le monde, proche ou lointain ;
  • je crois au fait de chercher ce qui est important, d'apprendre des expériences de la vie et de croire à nos intuitions ;
  • je crois que nous pouvons choisir de respecter les équilibres de la Nature, dont la vie des autres êtres humains.
  • je crois qu'il est peut être temps de passer de la motivation ("je voudrais") à la mobilisation ("je fais"), d'une façon concrète, humble, patiente, collective ;
  • je crois à l'utilité sociale d'outils pratiques pour construire pas à pas et localement d'autres échanges respectueux des humains dans la Nature, la démocratie et le bien vivre ensemble ;
  • je crois que la monnaie locale est un de ces outils : il part du monde tel qu'il est et trace un chemin vers autre chose que nous souhaitons ;
    il concerne et associe tout le monde, il questionne toutes les parts de notre mode de vie, il provoque des débats et des échanges ;
    il se joue presque tous les jours, il est dans notre poche comme un petit noeud pour se rappeler le sens de nos actions ;
    il n'est pas une solution magique tombée du ciel et immédiatement efficace, il a besoin de nous tous, quotidiennement.
  • je crois que nous pouvons reconquérir nos modes de vies, retrouver de la puissance d'agir, de l'autonomie et de la joie ;

Le Sol Olympe  recherche des financements (12 000 € en fonctionnement annuel et 12 000 € en investissement)
pour l'arrivée dans l'association de 2 personnes en Service Civique,
qui pourront réaliser le travail d'animation du réseau que notre petit collectif n'a pas les moyens de faire aujourd'hui.

Le Sol Olympe a besoin de bénévoles, motivés, patients et autonomes.
Le Sol Olympe  a besoin de producteurs et de commerçants engagés dans le projet et qui partagent le sens de leur action.
Le Sol Olympe a besoin de consommateurs volontaires, réguliers et attentifs.
Le Sol Olympe a besoin de temps, de plus de temps qu'il ne faut pour fabriquer un smartphone, de plus de temps qu'il ne faut pour un mandat politique,
Le Sol Olympe a besoin du temps qu'il faut à un nouveau-né pour devenir autonome (savons-nous encore penser et agir dans cette échelle de temps ?).
Le Sol Olympe est un tout petit projet très ambitieux, quelques bouts de papier qui disent les liens entre nous.

Et vous, que choisirez-vous de vivre aujourd'hui ? Et demain 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire